Si je vous demande quel est le pouvoir que vous aimeriez avoir ? Vous parleriez d’invisibilité, de voler, d’avoir une force surhumaine… et si je vous parle d’un pouvoir réel, un vrai de vrai ?

Bon, n’allez pas rêver, vous ne volerez pas ! Quoique … Sur cet article, je vous parle de vos préférences naturelles ! Je vous explique cela un peu plus loin mais d’abord d’où ça vient ?

Ralph Hippolyte et Bertrand Théraulaz, entraîneurs de sport haut niveau (notamment au Volley Ball), ont mis au point l’approche Actions Types. Avec leurs expériences sur le terrain, ils ont établi des tests pour discerner des profils moteurs : 4 grands profils. Cela leur a permis alors d’individualiser les entrainements et le travail du geste sportif, mettant chaque individu au centre de sa propre force.

Formé par Action Types, Cyril Gindre (avec son entreprise @Volodalen) s’est spécialisé dans ces préférences naturelles sur le domaine de la course à pied notamment avec une approche scientifique (articles disponibles sur internet).

Ces préférences permettent chez les praticiens ayant était formés de mieux comprendre les blessures des patients et mieux les orienter par la suite.

Sans plus attendre voyons les paramètres qui changent chez les coureurs.

Nous avons tout d’abord les marcheurs par le haut (appelés Aérien chez Volodalen) (1 sur l’image ci-dessous). Ils utilisent la force élastique et le rebond. Ceux sont les personnes que vous trouverez plus longtemps en l’air avec plus d’oscillation verticale, une préparation vers l’avant pour aller vers le haut. Ils sont plus en extension avec une attaque plutôt vers le médio / avant pied (ATTENTION, à une vitesse peu élevée vous retrouverez quand même une attaque talon). Le mouvement des coudes est plutôt latéral.

Tandis que chez les marcheurs par le bas (appelés Terrien chez Volodalen) (2 sur l’image). Ils utilisent la force musculaire. Ceux sont les personnes qui rasent plus le sol avec très peu d’oscillation verticale, une préparation vers l’arrière pour aller de l’avant, plus en flexion avec une attaque plutôt arrière-pied. Le mouvement des coudes est plutôt antéro-postérieur.

Vous avez maintenant une petite idée de quel côté penche votre pouvoir naturel. Statistiquement, en France, nous retrouverons environ 50% de terrien et 50% d’aérien. Si vous ne savez pas, ne vous inquiétez pas. Il existe entre l’aérien et le terrien un grand curseur qui fait que vous serez : très aérien ; un peu aérien ; un peu terrien ou très terrien. Si vous êtes au milieu du curseur, vous pourrez vous adaptez plus facilement à tous les exercices que ceux qui sont au bout du curseur.

Le but de tout coureur est de pouvoir s’entrainer en étant le plus efficace possible et sans se blesser. Bien sûr, il n’y a pas de recette magique, mais le premier conseil que je peux vous donner est de courir de façon naturelle. Par exemple, la grande mode de ces dernières années est de venir courir avant pied avec une fréquence de 180 pas par minutes (entres autres). Autant vous dire que la première consigne entraine une course plutôt aérienne, la 2ème, si vous êtes à 10km/h , entraîne une hyperfréquence de pas, pour la plupart.

En ce qui concerne ces préférences motrices et les blessures potentielles.

Si vous amplifiez à l’excès une motricité aérienne chez vous, il y aura des risques de blessures aux extrémités (pied,cheville, mollet).

Si vous allez en excès de terrien, il y aura plus de risque de se blesser au niveau intermédiaire (tibia, genou, cuisse,ischio).

Entrainez-vous donc dans vos forces.
Chez l’aérien, l’important est d’être fort sur le rebond, l’extension : Vous pouvez donc faire des exercices de rebond : corde à sauter, toutes les gammes d’athlétisme (montée de genou, talon fesse…), jump box…
Attention au squat : Evitez de mettre une charge trop importante et une amplitude de descente maximal pour les plus aériens.
Chez le terrien, l’important est d’être fort à la base (votre bassin) : n’hésitez pas à faire des exercices de mobilités, d’ancrage au sol (type marche gorille, ramper). Le gainage antérieur et les abdos peuvent être intéressant. Connaître l’arrière (roulade arrière contrôlé). Squat en puissance (avec charge et possibilité de bien descendre). Ce qui est à éviter en excès : trop de pliométrie !
N’oubliez pas : pensez à votre curseur, vous n’êtes pas 100% terrien ni 100% aérien. Travaillez vos points faibles mais privilégiez surtout vos points forts. Au-delà de ces préférences, les blessures peuvent survenir aussi en cas de stress trop conséquent, de manque de sommeil et d’une mauvaise hygiène de vie. Restez progressif dans vos entrainements et faites-vous plaisir !

Corentin MENDES
Pédicure-Pologue D.E
Membre de la Team Trail Aix les Bains Le Revard

Pin It on Pinterest

Share This